La parentalité positive: amalgames & idées reçues.

On me pose souvent cette question « c’est quoi au juste la parentalité positive? ». On en parle beaucoup ces dernières années. Malgré cet engouement, beaucoup d’idées reçues persistent. Je souhaitais donc faire un point sur ce qu’est l’essence de la parentalité positive, ce qu’elle est et surtout ce qu’elle n’est pas!

La parentalité positive c’est avant tout une APPROCHE, une DÉMARCHE qui s’inscrit dans le temps et dans la volonté de la faire perdurer. Elle consiste à prendre en compte ses besoins d’adulte/parent, aussi bien que les besoins spécifiques de sa famille et de ses enfants dans la relation que l’on met en place. Les enfants ne sont pas des mini-adultes, ils ont un mode de fonctionnement particulier du fait de leur stade de développement, physique et cérébral. Les Neurosciences, nous apportent tout un tas de réponses et de découvertes qui nous permettent aujourd’hui, de mieux comprendre comment ils réagissent et quels sont leurs CAPACITÉS COGNITIVES ET COMPORTEMENTALES réelles. La parentalité positive et ses outils, prennent en compte ces paramètres scientifiques pour améliorer les relations entre parents et enfants et respecter les capacités de chacun.

Ce n’est pas une « baguette magique » qui permettrait d’un coup de faire mieux « obéir » les enfants. En parentalité positive, on mets plutôt l’accent sur l’ENCOURAGEMENT et sur les outils qui donne envie à l’enfant de coopérer de lui-même plutôt que de lui imposer les choses. En favorisant des échanges respectueux entre les membres de la famille (tel que la Communication Non-Violente ou CNV) on permet d’instaurer une relation gagnant-gagnant ou chacun s’exprime de façon égalitaire tout en valorisant les individualités. Egalitaire, ne signifie pas que les enfants aient les mêmes droits et devoirs que les parents, mais plutôt que chaque membre de la famille va être respecté dans son intégrité de la même façon. C’est une voie qui nous amène à sortir des « jeux de pouvoirs » et des rapports de forces. On essaye davantage de dialoguer, et de comprendre ce que chacun vit pour trouver des solutions qui répondent aux besoins de chacun.

La parentalité positive ce n’est pas non plus la dictature des parents parfaits… car les parents parfaits ça n’existe pas ! D’ailleurs, je vous invite à lire l’excellent livre d’Isabelle Filliozat « Il n’y a pas de parents parfaits ». La parentalité positive, c’est un chemin, une construction quotidienne… avec ses hauts et ses bas ! Bien sur, lorsque nous sommes fatigué de notre journée, nous avons plus de mal à être disponible et compréhensif envers nos enfants car nous même sommes « vidés ». Nous sommes plus irritables et avons envie que les choses aillent dans notre sens. Certains jours, nous n’aurons pas les réserves nécessaires pour pouvoir être zen et détendu comme nous le voudrions. La parentalité positive c’est aussi cela ! Accepter de se voir imparfaits, de reconnaitre ses propres difficultés, de péter les plombs parfois..! Ce qui compte en réalité, c’est d’avoir envie de faire mieux les prochaines fois ET de mettre en place les outils qui vont nous permettre d’aller dans ce sens. Et au fur et à mesure, chacun apprends, parents comme enfant. On valorise davantage les efforts accomplis plutôt que tout ce que nous n’avons pas (encore) réussi à faire. Nous ADULTES, sommes MODÈLE des compétences que nous souhaitons transmettre à nos enfants.. La première forme d’apprentissage est l’IMITATION… C’est pourquoi les touts petit, rejouent certaines scènes marquantes du quotidien. C’est pour mieux se les approprier en réalité.

La parentalité positive c’est se poser aussi des questions sur notre propre éducation, celle que nous avons reçue. Est-ce que j’ai vraiment envie de reproduire cela avec mes enfants? Certains héritages de l’éducation dites « traditionnelle » ont la vie dure, on nous a convaincu que c’était pour notre bien. Evidemment, tout n’est pas à jeter, mais doit-on continuer de donner la fessée pour « faire comprendre » que tel agissement « ne se fait pas »? Finir son assiette, est-il vraiment indispensable? Obéir sans sourciller, fera-t’il que mon enfant soit un adulte plus responsable et heureux plus tard? … Je ne développerai pas un argumentaire sur chacune de ces interrogations. Les Neurosciences ont démontrées que les maltraitances, les contraintes forcées et répétées et les actes de soumissions, dégradent le cerveau et empêchent certaines parties de se développer correctement. C’est pourquoi tous ces outils, ne sont pas proposé en parentalité positive. Tout ceci, je ne l’écris pas pour culpabiliser les parents ou les grands-parents. Je suis convaincu que tous les parents veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants. On agit tous pour que nos enfants soient HEUREUX et deviennent des adultes épanouis. Maintenant que nous connaissons les répercussions de ces agissements, que décide-t’on d’en faire aujourd’hui et demain? Il n’est jamais trop tard pour apprendre à faire autrement.

Et nous adultes? Nous avons besoin de temps pour soi, de temps pour son couple. Comment donner et accueillir les besoins de nos enfants, si nous ne nous occupons pas des nôtres? C’est en fait IMPOSSIBLE. La parentalité positive ce n’est pas tout pour les enfants et rien pour les parents, c’est aussi apprendre à SE RESPECTER avec ses besoins d’adultes et l’expliquer à ses enfants. Le « parent sacrifice » est une forme de maltraitante envers soi-même… Apprendre à prendre soin de soi est aussi un chemin de vie, pour soi et pour sa famille. J’y reviendrai dans un prochain billet 😉

Enfin, un autre amalgame sur lequel j’aimerais revenir: la parentalité positive ce n’est pas du laxisme, ni l’apologie de l’enfant roi. C’est tout le contraire en réalité. Dans cette approche, on pose des LIMITES et des RÈGLES, car sans cela c’est le chaos. La différence avec une règle imposée et une règle « positive », c’est qu’on va par exemple proposer des choix à l’enfant plutôt que d’imposer une seule et unique voie qu’on aura choisi pour lui. Tous les enfants ont besoin d’un CADRE sécurisant pour grandir, la différence c’est qu’on fait collaborer l’enfant à l’instauration du cadre. Ainsi, il sera plus motivé à respecter ce qu’il a choisi lui-même de faire. Ça lui redonne un sentiment de confiance, de pouvoir personnel, ça le responsabilise sur ses choix et sur les conséquences.

Tout cela est très théorique me direz-vous et vous avez raison! Comment fait-on pour rentrer dans ce mode « de fonctionnement » quand tout cela n’est pas du tout familier pour soi? Et bien, je dirais que le premier pas est de commencer à s’informer, comme lire des livres de références (Exemple: Isabelle Filliozat, Catherine Gueguen..). C’est la première marche qui accompagne en général les premières prises de consciences. Mais souvent, cela ne suffit pas. Les parents ont souvent besoin de « se familiariser davantage ». Pour cela, vous avez des ATELIERS PARENTS qui existent pour appréhender ces nombreux concepts. C’est normal d’avoir peur du changement, de penser que c’est une montagne qui est devant nous et de ne pas se sentir à l’aise. Comme pour tout nouvel apprentissage, au départ nous avons besoin de comprendre la théorie, de la relire plusieurs fois, voir de s’entrainer avant d’essayer de le mettre en place soi-même pour la première fois. Le développement de nouveaux schémas de pensée et d’actions prend du TEMPS. Soyez indulgent envers vous-même, vous n’êtes pas en train de faire un sprint.

Quelque soit votre chemin, la parentalité positive n’est pas une recette toute faite, prête à être reproduite à l’identique pour tous. Chaque parent et chaque enfant est unique, VOUS SEUL trouverez vos propres règles orientées « parentalité positive », pourvu qu’il y ai de l’amour, de la bienveillance, de la fermeté et du respect pour chacun! Vos limites vous sont propres et ne sont pas les mêmes que votre voisin. Je vous assure, vous représentez toute la RICHESSE dont vos enfants ont besoin. Des fois, il suffit d’avoir un peu d’information et des outils de départ, pour que le CHANGEMENT DE REGARD commence à opérer…

Ça sera VOTRE chemin en parentalité positive, une nouvelle façon de vivre vos relations avec vos enfants, plus juste et en perpétuelle construction.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s